Macron ? Un de plus dans la longue liste des candidats libéraux

Copyright :
Wikicommons

Et hop, en voilà un de plus dans la longue liste des ambitieux qui croient avoir rendez-vous avec le peuple. Macron vient donc de se déclarer candidat pour la présidentielle. Pour se justifier, il se la joue différent des autres, voire même hors ou antisystème. Lui l'ancien ministre, lui l'ancien banquier d'affaires, lui ce haut fonctionnaire qui sort de l'ENA ! Lui le fortuné qui ne peut même pas cacher son mépris de classe à l'égard des pauvres et des salariés.

Même jeune, même nouveau dans le jeu politicien, Macron est un candidat libéral de plus, un candidat d'une droite au sens large (PS compris) plurielle et très divisée. Divisée non par des différences idéologiques mais par des ambitions personnelles débordantes. C'est chacun pour soi quitte à faire éclater leur parti ou leur camp. Peu importe, les possédants se sentent tellement forts et leurs serviteurs tellement le vent en poupe qu'ils se font la course entre eux tranquillement. Ils sont dans leur monde. 

De toute façon on ne voit qu'eux, on n'entend qu'eux. Les média ne parlent que des primaires à droite, des primaires au PS et de tout ce qui tourne autour, notamment du FN. On ne voit que des politiciens professionnels, que des libéraux. Même s'il y a des variantes, il n'y a en réalité qu'un seul programme, antisocial, anti-immigrés, sans autre perspective que celle de continuer les mêmes vieilles politiques qui font payer la crise à la majorité de la population pour qu'une poignée continue de s'enrichir avec indécence. 
Tous ces candidats osent parler en notre nom, osent se faire passer pour des amis, juste le temps de récupérer nos "voix". Mais quelqu'ils soient, d'extrême droite, de droite, du PS et même de la gauche du PS car certains veulent toujours nous faire croire qu'il peut y avoir des sauveurs à gauche, c'est à nous de les rejeter. On doit faire sans eux, on doit compter sur nous-mêmes. L'issue c'est forcément du côté des luttes sociales, du côté de la révolte collective contre ce système capitaliste, contre les inégalités, les discriminations et les injustices qu'il produit. 

Notre voix, nos voix deviennent efficaces quand on les garde pour nous, quand nous prenons la parole et agissons directement.