Solidarité avec les peuples victimes de la répression et des guerres

Copyright :
Photothèque Rouge / MILO

Les guerres que mènent les grandes puissances n’ont pas pour but, comme on nous le prétend, de lutter contre le terrorisme et encore moins de soulager les peuples de la misère ou les débarrasser des dictatures qui les oppriment. Ce sont des guerres menées pour piller les ressources naturelles de ces pays, en perpétuant le rapport colonialiste imposé par la France aux peuples d’Afrique et du Moyen-Orient, ou pour revendiquer un droit de regard sur le redécoupage de régions en plein bouleversement. Loin d’empêcher le développement du terrorisme, elles l’engendrent en poussant des jeunes, que la misère créée par l’exploitation des richesses de leurs pays et les bombardements laissent sans espoir, dans les bras des chefs de guerre ou de sectes religieuses.

Le chaos libyen n’était pas une fatalité. Alors que le peuple libyen se soulevait en 2011 pour renverser la dictature de Kadhafi, l’intervention militaire de la France et ses alliés a favorisé tous les groupes confessionnels ou claniques qui s’y affrontent aujourd’hui, contribuant à déposséder le peuple libyen de sa rébellion. 

En Syrie, les grandes puissances ont bloqué l’armement de la résistance syrienne non confessionnelle, laissé Assad massacrer son peuple pour enrayer la révolte qui y naissait dans la foulée des révolutions de Tunisie et d’Égypte. Aujourd’hui, elles sont prêtes à composer avec lui au nom de la lutte contre Daech. La destruction d’Alep, le massacre de sa population par les armées d’Assad et de la Russie se sont ainsi faits dans le silence de « démocraties » soucieuses de ménager l’appareil répressif syrien et les bonnes relations futures. 

Le maréchal Al-Sissi, qui s’est arrogé les pleins pouvoirs en Egypte, supprime les libertés, réprime les grévistes, est certes largement financé par les USA, mais il est aussi devenu un ami de Hollande et Valls depuis qu’il achète les Rafale de Dassault, recevant un soutien technique et matériel pour exercer sa répression contre le peuple égyptien.

La monarchie d’Arabie saoudite qui bombarde le Yémen est, avec Israël, le principal relais des pays occidentaux dans la région. Cette amie des USA et de la France est aussi la dictature la plus réactionnaire du Moyen-Orient, berceau et grand argentier de tous les courants de l’intégrisme islamique. 

Le président turc, Erdogan, a profité de son alliance avec les puissances occidentales, soi-disant contre Daech, pour reprendre sa guerre contre la population kurde de Turquie et le PKK, pour réprimer tous les mouvements de gauche, les journalistes, les militants ouvriers, faire des purges massives parmi les enseignants, etc. La France lui a assuré un soutien régulier en réprimant les mouvements et militants kurdes, dont plusieurs ont été assassinées en France en toute impunité.

• Nous exigeons l’arrêt des bombardements au Moyen-Orient qui, comme les quinze dernières années l’ont démontré, ne génèrent que plus de misère et de chaos. 

• Nous sommes solidaires de tous ceux et toutes celles qui, depuis 2011, luttent dans les pays arabes pour en finir avec les dictatures et les répressions. Comme nous sommes solidaires du peuple kurde et de ses mouvements qui luttent pour son autodétermination et combattent fermement Daech en Irak et en Syrie, alors que la France et ses alliés occidentaux laissent Erdogan les massacrer en Turquie.

• Nous sommes bien sûr solidaires du peuple palestinien, qui se bat pour survivre contre l’État raciste et colonial qu’est Israël.

• Nous revendiquons la fin des exportations d’armes françaises, ainsi que le retrait immédiat de toutes les troupes françaises intervenant à l’étranger. 

 Nous exigeons la fin de la Françafrique, ce système colonial par laquelle la France, par son soutien aux dictatures, par sa présence militaire, par le maintien du Franc CFA… contribue à entretenir l’oppression, la misère et l’exploitation en Afrique, au nom des « intérêts de la France » et des multinationales françaises.