CICE : ça suffit

Copyright :
Photothèque Rouge / JMB

Il monte en charge et va atteindre 20 milliards d’Euros par an en 2017.

1. Il ne crée pas d’emploi

Deux rapports de chercheurs commandités par l’Etat au titre du suivi de la mesure sont sortis en septembre 2016 : l’un ne trouve aucun effet sur l’emploi, l’autre péniblement entre 50 et 100 000 sauvegardés ou créés. Michel Sapin, le ministre de l’économie est pourtant satisfait : il s’est dit conforté dans son objectif de faire passer le CICE de 6 % à 7 % de la masse salariale en 2017.

Pourtant, à supposer que ces emplois aient effectivement été créés, cela fait à peu près un coût annuel de 190 000 Euros par emploi.

Un emploi rémunéré 1500 Euros net « coute » 2500 Euros environ toutes cotisations comprises, soit 30 000 Euros par an : les 20 milliards du CICE, c’est l'équivalent de 660 000 emplois à 1500 net (ou bien 460 000 à 2000 net).

 

2. Il n’y a pas de contrôle

  • L'obligation d'information des comités d'entreprise sur l'utilisation du CICE a été vide de conséquences.
  • l'engagement du patronat d'ouvrir des négociations   au niveau des branches n'a été suivi d'effets que dans une minorité d'entre elles.
  • Il a  par ailleurs été énoncé explicitement par le ministère des finances  que « l’administration fiscale ne contrôlera pas l’utilisation du CICE » (site du ministère).

 

Il faut donc arrêter le CICE et le CIR, qui ne sont que des cadeaux aux grands patrons et utiliser cet argent pour créer des emplois dans les services publics.