Poutou et Arthaud soutiennent les salariés de Vivarte

Copyright :
DR
Étiquettes

Publié par Le Figaro, d’après AFP. Quelques dizaines de salariés du groupe en difficulté Vivarte, qui manifestaient vendredi à Paris dans le cadre des plans sociaux en cours, ont reçu le soutien des candidats à la présidentielle Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (LO). Rassemblés à l'appel de l'intersyndicale CFE-CGC, CFTC, CGT, FO et SUD devant le siège du distributeur textile, qui a annoncé en début d'année deux nouveaux plans de sauvegarde de l'emploi (PSE), les manifestants ont fait part aux deux candidats de leur inquiétude et leur détresse.

C'est "dramatique" et "ce qui malheureusement est vécu par plein de salariés", a déclaré Philippe Poutou. Pour le candidat du Nouveau Parti anticapitaliste, "le problème qui est posé, c'est comment on résiste (...) comment on arrive à changer le rapport de force". "Complètement solidaire", la candidate de Lutte ouvrière Nathalie Arthaud, "cliente de la Halle et de la Halle aux chaussures", a encouragé les salariés, estimant qu'ils avaient "raison de se battre" car ce sont "eux qui ont fait la fortune de groupes" comme Vivarte avec des "stratégies de requin financier".

Vivarte, où quatre PSE avaient déjà été lancés en 2015, avec au total 1.850 postes supprimés, a annoncé en janvier un PSE à la Halle aux chaussures (fermeture de 141 magasins sur 650) et chez Vivarte Services, la filiale fonctions support du groupe. Les syndicats craignent la suppression au total de près de 900 postes. Dans le cadre de ces plans, les syndicats dénoncent une négociation "déloyale", a souligné Gérald Gautier (FO). "Les documents qu'on demande, on ne nous les donne pas. Il faut qu'on passe systématiquement par la Direccte (administration du travail, NDLR)", a renchéri Vincent Boursier (CFE-CGC). Les syndicats demandent aussi que soient intégrés au PSE en cours les 162 salariés de 41 magasins La Halle aux Chaussures qui doivent fusionner avec des points de vente La Halle car ils craignent qu'ils soient "finalement licenciés dans quelques mois", a dit Karim Cheboub (CGT). Mais jusqu'à présent, "on se heurte à un refus", a souligné M. Gautier. Dans un communiqué, Vivarte a dit "entendre la mobilisation des salariés" tout en soulignant que le mouvement de grève à la Halle aux chaussures était "limité", avec 3,6% de grévistes.