Tours - Poutou cherche parrains

Copyright :
DR
Étiquettes

Philippe Poutou, le candidat du NPA pour la présidentielle, hier à Tours, “ bosse ” pour avoir ses 500 parrainages. Article paru dans les Dernières Nouvelles d'Alsace, le 1er février 2017.

Il y a Poupou dans le cyclisme, Poupon dans la voile et Poutou à l'usine. Le leader du NPA (Nouveau parti anticapitaliste, 2.000 militants) est plutôt lanterne rouge du peloton politique et n'a pas de vent dans les voiles. A nouveau candidat à la présidentielle, l'ouvrier syndicaliste fait son tour de France pour trouver ses 500 parrainages. « Je bosse là-dessus depuis juillet, mais c'est encore plus dur qu'il y a cinq ans. Les primaires occupent tout l'espace médiatique. Les petits comme moi n'existent plus ! Les maires ne s'engagent plus comme avant, écœurés eux aussi par le système. » 
Alors, l'auteur d' « Un ouvrier, c'est là pour fermer sa gueule » vient de sortir un clip déjanté dans lequel « il dérape », pour la bonne cause. Il a joué aux youtubeurs, fait une tribune, ouvert une pétition. « A chaque élection, on doit repasser son examen ! C'est pénible. » 
Hier, en meeting à Tours, le successeur de Besancenot a pris pour cible « le danger réactionnaire, la droite dure, catho, intégriste » et « l'extrême-droite à l'affût, dont les thèses rentrent dans les têtes. » 
Il a cassé du petit-bois, aussi, sur ses camarades de gauche. La primaire socialiste ? « Spectacle affligeant mais, et c'est marrant, le libéral Valls a été écarté. Hamon reste ambigu et le PS se casse la gueule. » Il a tapé enfin sur son voisin Mélenchon, « resté sur la ligne Mitterrand des années 70, dans la gauche gouvernementale. » 
Poutou veut « construire le grand parti des opprimés et des exploités, et pour cela, la lutte sociale est déterminante. Les mouvements contre la loi Travail, c'est un début. » Son programme, en bref ? « L'urgence, c'est le chômage, l'interdiction des licenciements, la baisse du temps de travail ; la solidarité internationale, l'ouverture des frontières ; les pollutions, la folie du tout voitures et camions à combattre. On doit tous se prendre en main. On n'est pas plus cons que les autres. » Sans doute.

O.P.